Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2006 2 11 /04 /avril /2006 09:33

                                  Julien Champagne, domicilié en 1905 dans le 20, rue Torricelli (Paris 17e, quartier où ont été groupés les noms de savants) a connu Fulcanelli à Paris, donc en cette date nous savons que Fulcanelli se trouvait, de fait, à Paris...

    La famille Champagne habite à Paris au n.º 20 de la rue Torricelli dès 1897. En 1896 Julien Champagne est un élève d'Eugène Quignolot (1858-1918), professeur de dessin aux Ecoles municipales de Batignolles, officier d'Académie, plus actif de 1888 à 1918. Curieusement, Mariano Julien Ancon (1881-1943) aussi a été un élève de E.Quignolot !!!

    Mariano Ancon (ébéniste né à Madrid, Espagne, le 2 février 1839), le père du peintre Mariano Julien Ancon, habite alors Paris 17e...

    N'existe pas quelque référence de Julien Champagne en 1907 dans la rue Vernier ( l'ancienne rue du Midi, proche de la rue d'Héliopolis, en mémoire  de la victoire remportée en Egypte le 20 mars 1800 par l'Armée française), maison celle-ci qui se dit appartenir à Ferdinand-Jules de Lesseps, mais autres indications disent que le fils plus vieil du 2ème mariage du constructeur du canal de Suez, a décédé par retour de 1915.

    Enfin, sur la maison de Julien Champagne de 1897 à 1907, seulement s'a trouvé le registre du 20, rue Torricelli...

     À travailler pour la famille de Lesseps (dans sa maison), il collabore pour l'invention du traîneau polaire accioné par une hélice d'hélicoptère et, après les essais en Chamonix (janvier 1914) du traïneau de De Lesseps, Julien Champagne a voyagé pour Marseille à le rencontre de Fulcanelli et à l'arrivée, il a été présenté à Eugène Canseliet.

    Champagne honore le jeune artiste avec un éloge et le Maître impressioné par le dom artistique de Canseliet, lui dit en 1916 dans la rue Dieudé à Marseille :

                              «Rédigez de même que vous dessinez!».                                        

     De retour à Paris, Julien Champagne habite dans une maison - laboratoire et travaille avec Max Roset et Rudolf Steiner. Il réalise expériences en présence de Bertrand et Ferdinand de Lesseps.

    Mr Canseliet rend visite à Julien Champagne toutes les semaines pour la peinture et travailler dans l'alchimie dans ce laboratoire.Un certain jour, Champagne lui présente son ami et collègue des vieux temps dans l'École des Beaux-Arts de Paris : Julien Mariano Ancon (1881-1943), né à Paris et qu'a présenté un auto-portrait au Salon des Artistes Français de 1929, célibataire qu'a décédé dans la misère.

     Du déménagement dans l'année suivante, Champagne retourne à la maison de son père, Alphonse Hubert Champagne (05/08/1854-192?), et mère, Pascaline Julienne Antonine Quinot (1er trimestre 1854-193?), en Les Charmettes de Villiers-le-Bel.

    Champagne voyage ensuite pour Angleterre, Londres, et visite l'église de Saint-Etheldra et l'abbaye de Westminster. De retour à France, après l'été de 1919 cesse ses activités au service de Fulcanelli. Un de ses derniers travaux a été dessiner le chevalier de l'Apocalypse de l'église Saint-Pierre, en Melle (Deux-Sèvres) et l'obélisque Dammartin-sous-Tigeaux.  Les deux livres de Fulcanelli, " Le Mystère des Cathédrales " (1926) & " Les Demeures Philosophales" (1930), présentent 76 dessins de Julien Champagne, 36 dans le 1er livre et 40 dans le 2ème livre.

    Pour savoir plus, consulter le fabuleux site Julien Champagne de mon ami Archer : http://archer.over-blog.net/                     

    Portrait du peintre Jean-Julien Champagne en aquarelle, exécuté par Eugène Canseliet le 12 août 1921, dans la maison des parents du Champagne, dans Les Charmettes de Villiers-le-Bel, une semaine après l'anniversaire d'Alphonse Hubert Champagne (né le 5 août 1854), maintenant avec 67 ans...

    Automne 1919 - Alphonse Champagne est le cocher qui prend son fils et Canseliet au hôtel particulier des De Lesseps, 11, Avenue Montaigne.

    Août 1921 - C'est la dernière fois qui s'entend parler du père de Julien Champagne!

    Août 1932 - Décès de Jean-Julien (Hubert) Champagne. Sa mère, Pascaline Quinot, déjà était veuve d'Alphonse Champagne...

    Pour l'instant, la vie de la famille Champagne c'est un parfait mystère!

    Le peu que nous savons c'est de son grand-père paternel, Jean Alexandre Champagne (1815-1889) qu'est devenu veuf de Marie Pauline Robert (1815-1854), décédée après la naissance de son fils Alphonse Hubert Champagne!

    Je pense que l'accouchement a été de risque ! Alors, si la naissance d'Alphonse avait été interrompue, le monde aurait perdue JEAN-JULIEN CHAMPAGNE, un petit homme dans la stature (1,63m), mais un grand homme dans sa Belle Art !

Partager cet article

Repost 0
Published by Walter Grosse - dans fulgrosse
commenter cet article

commentaires

Pierre-Alexandre NICOLAS 14/03/2007 11:58

La fin de la collaboration entre Champagne et Fulcanelli serait dû au fait que Champagne a volé un petit manuscrit dans la Bibliothèque de Fulcanelli... Il a "emprunté" l'ouvrage pour le montrer à Schwaller de Lubicz et Fulcanelli s'en serait apperçu il lui en aurait tenu rigueur et aurait mis un terme définitif à leur collaboration.

Walter Grosse 26/03/2007 00:37

Fulcanelli se préparait pour disparaître, sortir de scène...  Était arrivé le temps de dire  au revoir a tous ses amis et connus...l'alchimiste, en un exil volontaire.
Cet exil, cette EXIT, fut planée par lui-même et par Gaston Devaux. Le fin de la collaboration avec Champagne était inévitable. Fulcanelli a initié Canseliet, mais ne l'a pas conféré le secret dernier de la Grande Oeuvre, parce que n'a pas fini l'enseignement...
" (...) en déplorant, hélas! qu'il soit parti si tôt " ( Eugène Canseliet, octobre 1925, Préface à la première édition du " Le Mystère des Cathédrales ", p.12).

ARCHER 22/09/2006 19:15

Bravo pour ces nouvelles précisions. J'ai bien noté pour le 20 rue Toricelli.Toricelli, encore un thermo-maître!Si j'ai bien compris vous vous fondez sur la présence d'un Julien Champagne sur la liste des résidents?

Walter Grosse 22/09/2006 19:36

    Dans les listes électorales de 1905 de Paris 17e nous pouvons lire :
         noms et prénoms                  lieu de naissance      date                 qualifications
    CHAMPAGNE, Jean-Julien          Levallois-Perret     23 janv.1877      Éleve aux B.arts
         Demeure
     R.Torricelli, 20.
    Ainsi, c'est bien notre Champagne...

ARCHER 16/04/2006 11:48

Cher ami,Cette nouvelle version est encore plus intéressante que la précédente; j'aimerais en particulier disposer de plus de détails sur le voyage en Angleterre de Julien Champagne, et sur les circonstances de la fin de la collaboration de Champagne avec Fulcanelli.Bien à vous,

Walter Grosse 16/04/2006 19:18

  Cher ami, je sais que les détails sur les voyages de Champagne sont un mystère, de la même manière que ne sait rien sur la fin de la collaboration de Champagne avec Fulcanelli que a été comme un contracte affermi entre les deux. Chmapgne était pour voyager aussi à l'Égypte... Je pense que le livre de Fulcanelli c'était pour être «much more».

archer 13/04/2006 21:41

Bonsoir,Très intéressant merci; en particulier les essais à Chamonix et  la rencontre avec Canseliet à Marseille sur lesquels on aimerait avoir plus de détails.

Walter Grosse 14/04/2006 20:26

  Bonsoir, 
    Merci d'avoir aimé. Oui, dans un proche article je vais écrire avec plus détails le rencontre de Fulcanelli avec Canseliet.
    Cordialement, W.GROSSE.

ARCHER 11/04/2006 21:08

Bonjour WG, très intéressant, poursuivez SVP.

Recherche

Archives

Articles Récents

Liens