Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 03:59

    Sera que Raymond Roussel, dans le chapitre ' Le haut de la figure ', de son livre "Comment j'ai écrit certains de mes livres ", de la p.195 à p.200, parle de Fulcanelli ?

    Selon le surréaliste, Volcan a été son ex-professeur des sciences, un homme de soixante ans bien sonnés. Ainsi, s'il est Fulcanelli, Raymond Roussel a eu ces leçons au débuts du XXe siècle...

    " Un beau jour, la manie des sciences m'ayant repris, j'étais allé sonner au petit rez-de-chaussée de Volcan, dont les anciennes leçons m'avaient laissé un souvenir de grande clarité.

    Je l'avais retrouvé noir comme un Espagnol, moi qui me le rappelais très grisonnant déjà".

    Ainsi, Mr Roussel a retourné à voir son professeur des sciences quand celui-ci déjà avait 80 ans !?! Il a été en présence de Fulcanelli en 1919, dans l'hôtel particulier de la famille De Lesseps.

    Selon Richard Khaitzine, Fulcanelli a été Volcan, c'est-à-dire le Dr Alphonse Jobert (citoyen Dousson), dans son livre " Fulcanelli et le cabaret du Chat Noir : Histoire artistique, politique et secrète de Montmartre ", éd. Ramuel...     " Un bien brave homme après tout, malgré ses ridicules. Il ne causait de mal à personne en se teignant les cheveux d'un si beau noir, et ça lui faisait tant de plaisir de cacher en partie ses soixante ans bien sonnés! ".

    Mais voilà ce que Eugène Canseliet a affirmé en 1978 à Jacques Chancel (Radioscopie) sur Fulcanelli :

    " C'est comme s'il avait remonté le temps, mais on reconnaît toutes sortes de choses du visage : les oreilles, la forme, l'implantation des cheveux, grisonnats certes, mais qui étainet noirs. Bon, vous me direz, il a pu se teindre! ".

     Alphonse Jobert devant le four pour la voie sèche, tel comme Fulcanelli...

     Selon le journaliste André Ibels( http://www.prismeshebdo.com/prismeshebdo/article.php3?id_article=414), Alphonse Jobert a été un ancien élève de l'École des Mines et, selon notre liste déjà présentée, se Fulcanelli a été un élève de l'École des Mines, alors son nom seulement pouvait être Alfred Meurgey (1839 - ? ) ou Louis Ernest Duporcq (1839 - ? )!

    Alfred Meurgey, polytechnicien en 1857, au recevoir une bourse de la Fondation Girod de Venney, du politique et philanthrope Louis Philippe-Girod de Venney, baron de Trémont (1779-1852), sorti de l'Ecole Polytechnique en 1859, il entre dans l'Ecole des Mines, qu'a sorti en 1862. Nommé ingénieur en 1863 et professeur de mécanique de 1863 à 1880 à l'Ecole des Mines de Saint-Etienne, qu'il dirigea brièvement à titre provisoire de 1881 à 1882 .Il finit sa carrière administrative comme ingénieur en chef des mines.

    Ernest Duporcq, polytechnicien en 1857, sorti en 1859, il entre dans l'Ecole des Mines. Nommé ingénieur en 1863, il est à Arras en 1886, ayant sous ses ordres le jeune ingénieur des Mines Victor Arthur Léon Fontaine. Inspecteur général de Mines. Duporcq a été encore l'auteur de "Commission consultative des voies de transport du département du Pas-de-Calais. Le Bassin houiller du Pas-de-Calais en 1878, voies navigables", Arras, impr. de Rohard-Courtin, 1878. Je pense qu'il a décédé à Arras.

    Selon Jean Laplace, Fulcanelli parle d'aller pour Espagne ( "Alchimie", ' Introdution ', p.24), ainsi comme Alphonse Jobert dans l'entrevue d'André Ibels...

    Existent beaucoup de coïncidences entre les deux ; Fulcanelli avait des cheveux longs comme Alphonse Jobert et la description des cheveux de Volcan coïncide avec les cheveux de Mr Jobert !

                       Lucarelli parle de la liaison de Fulcanelli à Alphonse Jobert ?

    Lucarelli, disciple de Canseliet, dans son article ' Le Maître ', page 38 de la revue "La Tourbe des Philosophes", n.º 10 (1er trimestre 1980) a écrit :

    " Le maître doit être beau, hautin, grande taille, yeaux bleau-foncé, riche chevelure, air magnétique, voix superbe. Il doit arriver de loin : c'est préférable, s'il vient d'une contrée quelque peu mystérieuse, mais enfin, le Tibet peut suffire ".

    Et ,selon Bernard Roger, dans le livre " Paris et l'Alchimie ", éditions Williams-ALTA, 1981, parle d'Alphonse Jobert comme un ancien élève de l'École des Mines et qu'il avait passé 5 années aux Indes...

    D'ailleurs, Serge Hutin, dans " L'Alchimie au XXe siécle ", Association Alpha International, mouvement philosophique et spiritualiste, 1995, p.9 a écrit :

    " D'après un autre ami (bien vivant lui), Fulcanelli serait un médecin français du début du siècle, ayant ensuite voyagé au Tibet, où il aurait pris le pseudonyme de Maître Yak "...

Partager cet article

Repost 0
Published by Walter Grosse - dans fulgrosse
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives

Articles Récents

Liens