Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 07:05

Nous avons déjà dit que Fulcanelli a défendu Paris sous les ordres du lieutenant-colonel Viollet-le-Duc dans la Légion du Génie auxiliaire de la Garde Nationale de la Seine...

 

D'ailleurs, la Légion du Génie auxiliaire était composée, seulement, par deux types d'ingénieurs:

 

    - Les ingénieurs des Ponts et Chaussées (anciens élèves polytechniciens du Corps P.C.).

    - Les ingénieurs des Arts et Manufactures, dits ingénieurs civils.

 

Ainsi, si Fulcanelli était un ingénieur, comme prétend Canseliet, alors il seulement pouvait être un ingénieur des Ponts et Chaussées ou un ingénieur des Arts et Manufactures...

 

Il y a 16 élèves diplômés en ingénierie des Ponts et Chaussées nés en 1839, 

 

http://www.fulgrosse.com/article-2384152.html

http://www.fulgrosse.com/article-2412236.html

 

& il y a 43 élèves d'ingénierie civil des Arts et Manufactures nés en 1839, mais seulement quelques-uns d'eux s'a diplômé...

 

S'il a réellement existé comme un ingénieur né en 1839, seulement pouvait être un de ces 59 hommes...

Promotion 1856 

Antoine DELANARDE (DE LA NARDE)
, Tours, Indre-et-Loire, 8 novembre 1839 - Brésil, ?, démissionnaire au 2e année, 1858.

Alfred FUCHS, Strasbourg, Bas-Rhin, 18 août 1839 - ?, démissionnaire au 3e année, 1859, diplômé en 1861, malade.

Théodore LEMONNIER, Paris, 23 mars 1839 - 1864.

Arthur REGNAULT, Bain, Ille-et-Vilaine, 7 juillet 1839 - Rennes, 28 mars 1932.

Promotion 1857 

Marie Louis Jules BARQUIN
, Fumay, Ardennes, 9 janvier 1839 - 1912.

Armand François Joseph FLOUCAUD, Camblanes-et-Meynac, Gironde, 4 août 1839 - Paris, 31 août 1915.

Jules LEVY, St. Quentin, Aisne, 27 juillet 1839 - Cologne, Allemagne, 16 avril 1871.

Jules MAILLARD, Tulle, Corrèze, 14 novembre 1839 - Mazamet, Tarn, 24 janvier 1886. 

Promotion 1858 

Henri Désiré ALTENBERGER
, Mulhouse, Haut-Rhin, 19 juillet 1839 - Mulhouse, 1 mars 1890.

Hippolyte BOBIN, Paris, 27 septembre 1839 - Paris, 26 juin 1922.

Emile BROULHIET, Castelnau-de-Guers, Hérault, 7 mars 1839 - Montpellier, Hérault 11 juillet 1934.

Henri Charles (Théodore) BUNEL, Châlons-en-Champagne, Marne, 16 octobre 1839 - Marly-le-Roi, Val-de-Marne, 23 août 1903.

Amédée Charles COLLOT-LAURENT, Paris, 16 avril 1839 - Dijon, 28 février 1919.

Emile DOURY, Donnemarie, Seine-et-Marne, 8 octobre 1839 - Paris, 18 juin 1892.

Charles Alexandre LATRUFFE, Paris, 9 août 1839 - ?. 

Amable MAERGHERMAN, La Petit-Synthe, Nord, 20 avril 1839 - Malaga, 10 juillet 1899.

Paul MARLIER, Mézières, 22 février 1839 - Metz?, 6 décembre 1871.

Emile PETIT DE FOREST, Roanne, Loire, 26 novembre 1839 - Château de Suduiraut, 27 novembre 1899.

Antoine ROUX, Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, 23 novembre 1839 - Lyon, 8 décembre 1900.

Charles SAVARIN, Paris, 4 août 1839 - ?, rayée au 2e année, 1860, ne s'a pas diplômé.

Jean-Joseph SCHELBAUM (Constant), Colmar, Haut-Rhin, 21 juin 1839 - 1928.

Promotion 1859 

Alexandre BARAUD, Charente, Cognac, 17 avril 1839 - Charente, Jarnac, 1873.

Alfred BETHOUART, St.-Jean-Les-Rue, Somme 30 décembre 1839 - Chartres, 12 mars 1907.

Charles Henri BOUCHER, Paris, 10 mars 1839 - Doullens, Somme, 18 avril 1892. 

Léopold Marie Alexis BOURSIN, Marans, 2 mars 1839 - Nantes 1884.

Nicolas Ernest CADIAT, Reichsoffen, Bas-Rhin, 14 février 1839 - Beaune, Côte-d'Or, 7 octobre 1923. 

Henri CANIVET, Paris, 16 octobre 1839 - ?, démissionnaire au 3e année, 1862,  replacé aux études dans les chemins de fer de Lyon, mais s'est démis en 1863.

Gustave DANIEL-LACOMBE, Les Essarts, Vendée, 28 avril 1839 - ?, démissionnaire au 2e année, 1861.

Henri DUFAYOT DE LA MAISONNEUVE, St.Quentin, Aisne, 16 septembre 1839 - 1878.

Charles FESSART,  Lierville, Oise, 1 avril 1839 - ?, démissionnaire au 3e année, 1862, replacé aux études, s'a diplômé en 1864.

Emile Narcisse HAUVILLE, Le Havre, Seine-Maritime, 23 septembre 1839 - Condé-sur-Loire, Calvados, 20 avril 1900.

Théophile Adrien HENNAU, Gael, Ille-et-Vilaine, 6 septembre 1839 - Paris, 23 octobre 1891.

Antoine Aimé JULLIN, Bagé-Laville, Ain, 2 juillet 1839 - La Buaïra, Venezuela, 8 juillet 1891.

Albert MARCASSUS, Tarbes, Hautes-Pyrénées, 11 mars 1839 - Tarbes, 23 février 1906.

Louis Edmond MAYER, Paris 12 janvier 1839 - ?, diplômé en 1864.

Paul André PLANAT, Paris, 6 juin 1839 - 1911.

Vincent-Jules WALDEMAR, La Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 28 mai 1839 - Paris, 29 octobre 1888.

Promotion 1860 

Paul Louis HUSSON, Mantes, Yvellines, 21 avril 1839 - ?, démissionnaire au 2e année, 1862, ne s'a pas diplômé.

Frédéric Jean Marie JUBIER, Vannes, Morbihan, 22 juin 1839 - ?. 

Magloire Michel Désirée LOISEAU, Ouzouer-sur-Trézée, Loiret, 2 septembre 1839 - ?.

Promotion 1861 

Joseph Louis BOYMOND, Thayry, Haute-Savoie,  18 mars 1839 – Saint-Julien, 29 janvier 1906.

Promotion 1862 

Charles Guillaume KIELER
, Mittau, 2 mars 1839 -?.

Promotion 1863 

Lucien FAILLON, Toulouse, Haute-Garonne, 23 décembre 1839 – Paris, juillet 1906.

    De fait, j'ai découvert que de tous ces noms seulement le nom d'Hippolyte Bobin consiste dans la 1re Compagnie du Corps auxiliaire du Génie comme caporal et comme capitaine en décembre 1870 de la Légion du Génie auxiliaire de la Garde Nationale de la Seine (selon les archives de la Légion d'Honneur) ...

    Dans la 1re Compagnie du Corps auxiliaire du Génie nous pouvons, ainsi, trouver les caporaux frères Bobin, l'ingénieur des Arts et Manufactures Hippolyte (1839) et l'architecte Prosper (1844), ...

    L'ingénieur Hippolyte Bobin, promotion 1858, a été capitaine du Génie volontaire, qu'a exécuté de nombreux travaux de défense sous les fou de l'ennemi à Seine-Saint-Denis...

    Par contre, le terme ingénieur aussi peut signifier celui qui appartient au cadre du Génie et, par conséquent, Fulcanelli, jeune ingénieur... c'est le même que dire Fulcanelli jeune officier du Génie!

    De fait, j'ai trouvé références de l'époque que mentionnent Viollet-le-Duc comme ingénieur (l'ingénieur Viollet-le-Duc), seulement parce qu'il était un des cadres, un officier supérieur du Génie auxiliaire...

    Toutefois, M. Canseliet ne nous parle pas d'un Fulcanelli comme ingénieur civil des Arts et Manufactures, mais comme un polytechnicien, c'est-à-dire un ingénieur des Ponts et Chaussées...

    Voilà, Fulcanelli dans l'imaginaire populaire :


Partager cet article

Repost 0
Published by Walter Grosse - dans fulgrosse
commenter cet article

commentaires

gordon 04/03/2011 05:42



Bonjour M. Walter Grosse,


 


une question : Fulcanelli fait référence à la ville de Langres au début du MdC en page 51. Ne pensez-vous pas qu'il serait plutôt né en haute-marne ? Pas forcément à Langres, mais pourquoi pas
dans une ville ou village proche de Langres. Je pense que s'il découvrit vers l'âge de sept ans une cathédrale, il dut pour cela soit déménagé, soit intégrer une école comme la maitrise de
Langres. De plus, il s'agit d'une cathédrale gothique. Or en générale, elle se situe plus dans le nord est de la France qu'ailleurs.


 


Quand pensez-vous ?


 


M. Gordon.


Au plaisir de vous lire !



Walter Grosse 04/03/2011 08:17



Certes, Fulcanelli était un enfant de campagne. Il a vécu surtout auprès de ses cousins, du côté maternel, dans les mines de fer La Fuly de sa famille (Le Puzzle Fulcanelli, pp.
27-28-29-30), c'est-à-dire à Saint-Quentin Fallavier, arrondissement de Vienne, où le sol était riche en minerais de fer. Il jouait avec des masses ferrugineuses (pyrites de fer) qui étaient
disséminés à la surface-même du sol dans les champs, etc. Il a fait son baptême dans le presbytère de Vienne. À l'âge de 7 ans, pendant les vacances d'été, en 1846, il a visité la cathédrale
Notre-Dame de Paris qui, à cette époque, était en train d'être restaurée par le grand architecte Viollet-le-Duc.


La théorie de Langres est celle de Jules Violle, qui n'est pas le vrai Fulcanelli.


Cordialement, W.GROSSE



Pierre-André Rosset 21/07/2008 18:03

L'évidence pour tous les amateurs du genre, depuis une quarantaine d'années que j'ai lu ses livres, ne peut être que celle-ci: Eugène Canseliet EST Fulcanelli. En 1974, j'ai rencontré un habitant du Pas-de-Calais (Marco Cantola) qui était allé jusque chez lui pour lui parler de Fulcanelli et, sachant le but de la visite, Canseliet avait refusé de le recevoir; certainement la meilleure façon de faire perdurer le mystère.

Lung Ta 27/05/2007 11:09

merci de ta réponse, et de ton comm sur mon blog
Je ne suis pas suffisemment "happé" par l'Alchimie pour oser dessiner ur Fulcanelli, j'ai bcp apprécié ce travail alchimique que tu fais de recherche sur lui
LA BD que je fais a pour thème l'Alchimie, je pense qu'elle va être courte (5/6 pages ? qui sait ?) car cela fait longtemps que je ne me suis pas remis à la BD, j'en ai déjà régulièrement, mais ds un style bcp plus léger comme ici :
http://lungtazen.canalblog.com/albums/zem_01/index.html
mais évidemment celle ci est un peu plus "fouillée" d'où toutesles préparations
le héros : Chrétien de Rosacruz, mène sa propre quête personnelle, il est confronté à tout ce qui n'est pas reconnu comme rationnel par le monde moderne, toutes ces rencontres prennent sens dans sa vie en lui montrant l'importance de la Vie en elle même, de l'instant présent, porteur de toute la magie essentielle
Ainsi ds cette histoire alors que Nicolaï  Flamèche obtiendra la pierre philosophale pour la transmutation mais en mourra , c'est CdR qui arrivera à la transmutation, transmutation d'émotions négatives (liées à un deuil) en joie de l'instant présent.
Je ne comptais pas trop montrer le travail de l'Alchimiste au sein de son laboratoire, en fait (le synopsis se résume en qq lignes pourl'instant) mais ce que je te propose si tu es d'accord, c'est de t'envoyerce synopsys, dès que j'ai terminé l'étude d'une dernière pièce (pièce de vie principale de la maison de Nicolaï) je retravaille le scénario et fais un découpage et retravaille les personnages
à ce moment là, tu  peux me faire des propositions concernant le travail de l'alchimiste en lui même
bon tout ceci est peutêtre un peu flou, mais si tu es OK je t'enverrai un mail qui permettra (je pense) d'éclaircir tout cela
merci encore, bon courage dans ta quête
chaleureusement

Walter Grosse 31/05/2007 23:59

Cher Lung Ta,
Moi c'est que je vous remercie. Je pense qu'existe la possibilité future de se faire le portrait robot de Fulcanelli à travers les indications données par Canseliet sur lui : http://www.fulgrosse.com/article-2973056.html . De fait, Fulcanelli était un homme avec approximativement 1,72m de taille, avec une belle barbe soyeuse, de cheveux longs (riche chevelure), beau, hautin, yeux bleu-foncé, air magnétique, voix superbe... etc.
Quelque chose comme se fait dans le site http://flashface.ctapt.de/ ...
Je déjà vu qui vous a de nouveaux dessins dans sa B.D. et, oui, me peut contacter...
Je vous remercie beaucoup par apprécier ma recherche sur Fulcanelli.
Cordialement, W.GROSSE

Lung Ta 26/05/2007 22:28

Simplement un signe en passant, je prépare une BD (amateur) dont le titre sera 'L'Alchimie" (traitant surtout de l'alchimie spirituelle, et même plutôt émotionnelle, bien Nicolaï Flamèche l'alchimiste de l'histoire atteindra au Grand Oeuvre) et dont le héros se nomme Chrétien de Rosacruz :http://rosacruz.canalblog.com/
Chaleureusement

Walter Grosse 27/05/2007 00:30

Cher Lung Ta, je vous remercie beaucoup de me faire connaître son intéressant blog.
J'aussi apprécie le dessin et de dessiner. Je félicite son excellent travail.
Je pense que serait grandiose si nous pouvions travailler conjointement et développer aussi des dessins sur Fulcanelli. C'est seulement une idée, mais qu'est que vous pensez de cela?
Une fois plus je donne ma sincères félicitations et qui continue...
Amicalement, W.GROSSE

Recherche

Archives

Articles Récents

Liens